Accueil

" Parmi les périls qui menacent aujourd'hui la jeunesse et la société toute entière, la drogue se situe aux premières places comme un danger d'autant plus insidieux qu'il est moins visible...Il se répand comme une tache d'huile, il élargit progressivement ses tentacules depuis les métropoles jusqu'aux plus petits centres, des pays les plus riches et industrialisés jusque dans le Tiers-Monde. "


" On ne peut que constater avec tristesse que la culture de mort menace de prendre le dessus sur l'amour de la vie..., la mort engendrée par la violence et la drogue ". " Toutes les structures de la vie psychique, sont dépareillées, sous les coups de ces impulsions exceptionnelles et désordonnées..., la toxicodépendance, plus qu'une maladie du corps, est une maladie de l'esprit ".


" L'usage de la drogue, est toujours illicite, car il implique un renoncement, injustifié et irrationnel, à penser, à vouloir et à agir au titre de personne libre...On ne peut pas parler du droit de se droguer ni du droit à la drogue, car l'être humain n'a pas le droit de se nuire, et ne peut pas, ni ne doit jamais abdiquer sa dignité personnelle qui est un don de Dieu ! "


" On ne triomphe pas de la drogue par la drogue. La drogue est un mal et on ne peut pas faire de concession au mal. "


" On ne triomphe pas de la drogue par la drogue. Les drogues de substitution ne sont pas une thérapie suffisante, mais plutôt une forme voilée d'abandon devant le problème... "


Lorsqu'il parle de réhabilitation dans les communautés thérapeutiques, le Pape dit que celle-ci " s'effectue avec des méthodes qui excluent rigoureusement toute concession aux drogues légales ou illégales de caractère substitutif "

bouton-don

Le saviez-vous ?

Quiz

Une drogue psychotrope peut-elle mener au mal-être, à la dépression, au suicide ?

  • Oui
  • Non

oui

Toute drogue psychotrope, qu'elle soit légale (anxyolitiques, tranquillisants, benzodiazépines, neuroleptiques) ou illégale (drogues de la rue) mène au mal-être, à la dépression et au suicide. En savoir plus.

Existe-t-il des pilules pour arrêter la drogue ?

  • Oui
  • Non

non

La drogue n'est pas une maladie. La meilleure façon d'arrêter la drogue est de ne plus en prendre.
Les héroïnomanes qui ont réussi à se sevrer reconnaissent que l'abstinence totale est la seule solution.
Ils disent eux-mêmes qu'il est plus difficile de se sevrer du Subutex (drogue de substitution) que de l'héroïne...

L’alcool pris avec du cannabis a-t-il des effets pervers ?

  • Oui
  • Non

oui

Quand on consomme alcool et cannabis simultanément ces deux produits augmentent mutuellement leurs effets.
Une pratique actuelle consistant à associer alcool et cannabis, ou autre drogue, se généralise.
Beaucoup de jeunes aujourd'hui, par cet usage courant, recherchent 'la défonce'.

Un petit joint de temps en temps, est-ce dangereux ?

  • Oui
  • Non

oui

Le joint est du cannabis, herbe, consommé pur, ou schit mélangé à du tabac.
Quand on parle d'alcool, on parle d'un terme générique qui recouvre une grande diversité de produits : le vin, le cidre, la bière, le porto, le cognac, le whisky, la vodka, sont des alcools aux taux variés de 5 à 90 degrés.
Il en va de même pour le cannabis : il existe plus de 100 variétés différentes et les taux de T.H.C.( principes actifs) varient de 4 à 35 %.

Est-ce que toute personne qui prend de la drogue est toxicomane ?

  • Oui
  • Non

non

On appelle toxicomane une personne qui prend de la drogue pour régler les problèmes créés par la prise de drogue.La personne croit qu’elle peut arrêter de prendre sa drogue quand elle veut alors qu’elle en est incapable malgré les conséquences néfastes créées par sa consommation.. Si son produit vient à manquer, le toxicomane ne pense qu’à s’en procurer quitte à faire des actes qu’il réprouve, la demande est si forte que toute référence à la volonté, à l’effort, à l’amour ou à la morale tend à disparaître puis disparaît. Le mensonge, la violence, l’agressivité, la souffrance morale et physique, l’auto-mutilation, la peur deviennent quotidiens.Perdant l’estime de lui à cause de ses actes néfastes le toxicomane a pour compagnie la solitude et l’envie de suicide.