Accueil

Alors que la question de la dépénalisation du cannabis défraie régulièrement la chronique, voici 15 raisons, de ne pas donner un signal d'innocuité fallacieux à notre jeunesse:

Lire la suite...

A l'occasion du débat sur la dépénalisation du cannabis qui agite régulièrement la scène médiatique, Patrice Tran Ba Huy, professeur de Médecine à la Faculté Saint-Louis-Lariboisière, membre de l'Académie nationale de Médecine et président de la société française d'ORL, explique quelles sont les redoutables conséquences sanitaires qu'amplifierait sans nul doute pareille décision. Lire l'article.

Raymond Yans, président de l'OICS, Organisme International de Contrôle des Stupéfiants qui représente 90 % des pays du monde, met en garde contre les initiatives qui visent à étendre l'utilisation de substances placées sous contrôle international au-delà des fins médicales et scientifiques.
"La limitation de l'utilisation des substances placées sous contrôle international à des fins médicales et scientifiques est l'une des pierres angulaires du cadre négocié et convenu par la communauté internationale. Renier cet engagement non seulement violerait la lettre des conventions, mais compromettrait également les objectifs humanitaires du régime de contrôle des drogues, et constituerait une menace pour la santé et le bien-être publics.

Lire la suite...

Alors que le pojet de dépénalisation du cannabis revient régulièrement sur le devant de la scène, une mère de famille tire la sonnette d'alarme.

Voir l'article de presse sur ce fléau.

 

Nous remarquons que beaucoup de parents veulent toujours plus d'informations sur les produits, les conséquences exactes de leur consommation... Ils voudraient voir des photos, comprendre comment les drogues perturbent l'organisme, l'impact exact sur le cerveau (comme si l'être humain n'était qu'un cerveau comme on voudrait nous le faire croire)... Cette démarche intellectuelle est tout à fait légitime mais elle a pour conséquence de nous noyer dans des détails tout en nous éloignant de notre objectif : la prévention.

Lire la suite...

 

Si votre enfant satisfait à au moins 8 de ces critères, depuis plus de 6 mois, il sera considéré comme hyperactif 

(extrait du manuel Diagnostique et Stastistique des Troubles Mentaux édité par l'Association Américaine de Psychiatrie)

Lire la suite...