Accueil

" Les dangers du haschich : les dernières découvertes scientifiques sur le cannabis."

Cette thèse a été soutenue publiquement le 5 septembre 2002 devant la faculté mixte de médecine et de pharmacie de Rouen.

pdfConsultez la thèse et les 22 raisons d'arrêter le cannabis p 109-110

 

22 POINTS DE REFLEXION A SOUMETTRE AU PATIENT PAR LE PRATICIEN

Le cannabis :

  1. Entraîne la mort des neurones de l'hippocampe (structure du cerveau touchée dans la maladie d'Alzheimer) et de certaines cellules jeunes par apoptose (mort cellulaire programmée).

  2. Entraîne des troubles de toutes les mémoires.

  3. Entraîne une baisse de la capacité à s'organiser.

  4. Multiplie par 4 le risque de maladie mentale grave. Certains cas existent avec une seule prise. Le problème peut survenir n'importe quand.

  5. Multiplie le risque d'accident de la route par 2, 7 et est responsable de 20 % des accidents de voie publique.

  6. Multiplie par 3 le risque de délinquance violente.
  7. Une cigarette de cannabis = 7 cigarettes de tabac (à cause de la teneur en goudron et de la bronchodilatation).

  8. Altère l'expression de 49 gènes se trouvant sur les chromosomes des neurones.

  9. Est à l'origine de certaines maladies cardiovasculaires (artérite, troubles du rythme, infarctus du myocarde).

  10. Entraînera une augmentation des cancers de la gorge et du poumon dans les années à venir.

  11. Diminue les défenses contre les microbes, les cancers, le sida.

  12. Aucun cas de cancer ORL (de la gorge) chez des sujets de moins de 35 ans qui ne soit pas fumeur de cannabis.

  13. Peut entraîner des flash backs, c'est à dire faire qu'on se trouve dans le même état que si on avait fumé sans avoir fumé, jusqu'à 3 semaines après la dernière prise, en particulier en cas d'émotion imprévue, au travail, ou en conduisant.

  14. Donne un syndrome préfrontal, c'est à dire un mauvais fonctionnement de la partie antérieure du cerveau ce qui entraîne :
    • incapacité à prévoir (gérer le temps, le patient est comme prisonnier d'un présent qui se répète toujours identique
    • incapacité à coopérer (agir avec les autres)
    • incapacité à dire non à ses envies du moment
    • incapacité à se rendre compte qu'on est incapable de prévoir, coopérer avec les autres, être maître de soi, c'est l'anosognosie ou encore la mauvaise conscience de son propre fonctionnement mental.

XVI. Donne un syndrome amotivationnel :

perte de recherche d'activité avec comme conséquence tout simplement une perte d'activité, le patient se contente de répéter ce qu'il a toujours fait.

XVII- Entraîne une tolérance (nécessite d'augmenter les doses) Entraîne une dépendance (ne peut pas arrêter durablement d'en prendre tout en croyant qu'il pose un choix d'homme libre en en reprenant). Cette dépendance est physique car c'est bien un dysfonctionnement dans le cerveau qui la déclenche, mais elle est à expression psychique pure. Quand le besoin se fait sentir il n'y a pas contrairement aux autres drogues de marqueurs somatiques c'est à dire de symptômes dans le corps (nervosité, palpitations, douleurs abdominales, sueurs, tremblements).

XVIII- Présente une variabilité imprévisible de ses effets psychiatriques dans le temps et selon les personnes :

    • schizophrénie : peut la créer, la révéler, l'aggraver;
    • idées paranoïaques : conviction que tout le monde vous en veut et qu'on est innocent, que c'est la faute des autres, aboutissant à un comportement agressif pour se défendre de cette illusion;
    • dépression nerveuse (surtout chez les femmes);
    • défenestrations, chutes;
    • suicide;
    • bouffées d'angoisse;
    • hallucinations;
    • désinsertion sociale;
    • baisse du rendement scolaire;
    • échec scolaire;
    • négligence pour tout, les choses et les gens;
    • enfermement sur soi-même avec confusion entre ce qui est vivant et ce qui ne l'est pas, aboutissant à ne pas donner plus d'importance à l'autre que l'importance que peut avoir un personnage de jeu vidéo lorsqu'on se trouve en situation de frustration.

XIX- Intolérance à la frustration et incapacité à apprendre dans l'effort, baisse du seuil d'effort jugé supportable

XX- Le rat auquel on a retiré les récepteurs du cannabis ne devient pas dépendant à l'héroïne. Le rat auquel on donne du cannabis se met à boire de l'alcool, alors que sans cannabis il n'en boit pas

XXI- Effets souvent indétectables pour les proches et pour le patient

XXII- Reste très longtemps dans le corps :

    • la moitié de 80 % des molécules est éliminée en 15 jours;
    • la moitié des 20 % restants est éliminée en 3 mois. Il faut 18 mois d'arrêt complet pour un lavage total.

bouton-don

Quiz

Le cannabis actuel est-il en moyenne 10 fois plus dosé qu’en 1968 ?

  • Oui
  • Non

oui

En 1968, il titrait 0,6 à 6% de THC (TétraHydroCannabinol, principal principe actif).Depuis plusieurs années, à cause des manipulations génétiques, des hybrides et des cultures sous abris, il peut titrer jusqu'à 35% de THC. Actuellement, le cannabis consommé par les adolescents n'a plus rien à voir avec celui que leurs parents ont connu.

Existe-t-il des pilules pour arrêter la drogue ?

  • Oui
  • Non

non

La drogue n'est pas une maladie. La meilleure façon d'arrêter la drogue est de ne plus en prendre.
Les héroïnomanes qui ont réussi à se sevrer reconnaissent que l'abstinence totale est la seule solution.
Ils disent eux-mêmes qu'il est plus difficile de se sevrer du Subutex (drogue de substitution) que de l'héroïne...

Un petit joint de temps en temps, est-ce dangereux ?

  • Oui
  • Non

oui

Le joint est du cannabis, herbe, consommé pur, ou schit mélangé à du tabac.
Quand on parle d'alcool, on parle d'un terme générique qui recouvre une grande diversité de produits : le vin, le cidre, la bière, le porto, le cognac, le whisky, la vodka, sont des alcools aux taux variés de 5 à 90 degrés.
Il en va de même pour le cannabis : il existe plus de 100 variétés différentes et les taux de T.H.C.( principes actifs) varient de 4 à 35 %.

Une semaine après avoir consommé du cannabis, reste-t’il des traces de cette consommation dans l’organisme ?

  • Oui
  • Non

oui

La demi-vie d'une substance active est le temps qu'il faut à un organisme sain (qui n'en a jamais consommé) pour éliminer la moitié de la substance. Dans le cas du cannabis, la demi-vie est de 96 heures, soit 4 jours. Cela signifie qu'au bout de 4 jours, l'organisme a éliminé 50% de la dose initiale. 4 jours plus tard, il restera 25% du produit... Au bout de 28 jours, le cannabis sera totalement éliminé chez le sujet qui n'est pas un consommateur régulier. Chez un consommateur régulier, il sera possible de trouver des traces de THC dégradé 40 jours ou plus après la dernière prise.
Selon le Dr Chamayou, il faut 18 mois pour un lavage total de cannabis.

Nos médecins généralistes sont-ils concernés par la toxicomanie ?

  • Oui
  • Non

oui

Les médecins généralistes sont les premiers témoins de la toxicomanie. Pour en savoir plus cliquez ici.