Accueil

LE COMITE DIRECTEUR

  • Présidente : Sophie Roubertie 
  • Vice-présidente : Pascaline Cabouret
  • Vice-présidente : Sophie Pélissié du Rausas
  • Secrétaire Générale : Marie-Christine d'Welles
  • Trésorière : Claudie Colin

L'ÉQUIPE


Pascaline Cabouret

Stomatologiste, a toujours lutté contre l'usage de la drogue. Elle a acquis son expérience aussi bien au Samu, que dans les écoles ou lors de ses consultations.Maman de 5 enfants, âgés actuellement de 25 à bientôt 15 ans, c'est en qualité de parent impliqué dans une association de parents d'élèves que j'ai entendu parler de MC d'Welles la 1ère fois, en 2001.

" J'ai souhaité connaître l'association qu'elle représentait et j'ai participé à une formation. J'ai tout de suite confirmé au directeur d'école l'intérêt de faire venir Mme d'Welles. Je suis venue plusieurs fois me former à Enfance Sans Drogue afin de pouvoir informer correctement au collège et au lycée, afin de prendre en charge mes patients concernés d'une façon différente et de pouvoir parler de ce sujet à mes enfants et tout mon entourage. Parce que tout le monde connaît quelqu'un qui consomme des psychotropes !
C'est aux rencontres des relais d'Enfance Sans Drogue que j'ai beaucoup appris, en aidant l'association et grâce aux témoignages des parents." 


Claudie Colin

Mère d'une fille de 27 ans, j'ai été sensibilisée à la suite d'une formation il y a 10 ans avec ESD à ce problème de la consommation du cannabis chez les jeunes.

J'ai la chance de ne pas être directement concernée mais ma fille évolue dans un monde qui consomme plus ou moins régulièrement. Il me semble important d'informer et surtout de faire de la prévention. Voilà l'une des raisons qui m'a fait entrer dans cette association. Etant donné l'augmentation de la consommation de cannabis chez les jeunes, cet engagement est très important pour moi.
Je m'investis également dans une autre association qui met la famille à l'honneur et valorise son rôle dans notre société. 


Sophie Pélissié du Rausas

Début 99, j'ai assisté à une conférence de Marie-Christine d'Welles sur la drogue dans le cadre du Mouvement Mondial des Mères. A l'époque, je n'avais que deux enfants de 4 ans et 2 ans et demi. Autant dire que j'étais sûre de ne pas être concernée ! Quand j'ai entendu que la majorité des lycéens consommaient, qu'ils allaient mal à cause de la drogue et qu'ils ne pouvaient pas en parler à leurs parents, j'ai senti qu'il y avait une urgence. J'ai proposé à Marie-Christine d'Welles de m'associer à elle pour trouver la meilleure solution pour aider, qui semblait être la prévention.

C'est ainsi qu'a été créée Enfance Sans Drogue. Diplômée de l'EM Lyon, j'ai souhaité compléter ma formation sur les drogues en faisant un Diplôme Universitaire de Toxicomanie et Dopage à la Faculté de Médecine d'Angers. 


Sophie Roubertie

Mère de trois garçons (7 à 18 ans), juriste de formation. Convaincue qu'il est indispensable d'être bien (in)formé pour être crédible auprès de nos enfants, j'ai suivi en 2003 une formation d'Enfance Sans Drogue. J'ai alors réalisé combien les produits avaient évolué et à quel point il était nécessaire de prévenir nos enfants des dangers de la drogue.

Il y a 10 ans, je n'imaginais pas que la drogue était partout et si facilement accessible. Plus que jamais, j'ai à coeur de faire circuler au maximum une information objective auprès des enfants comme des parents. 


Marie-Christine d'Welles

Ecrivain, conférencière. A publié en 1989 son premier ouvrage "Folle moi ?" Editions Stock, suivi de plusieurs romans, essais, documents, traduits en plusieurs langues. Ses deux derniers livres "Sous son aile un refuge" et "C'est quoi la drogue ?" sont publiés aux Editions Jean-Cyrille Godefroy en février et septembre 2013.

Marie-Christine d'Welles est aussi Fondatrice et Secrétaire Générale d'Enfance Sans Drogue, mère de 3 enfants et grand-mère de six petits enfants.

Consultez son site Internet : www.mariechristinedwelles.fr 

bouton-don

Quiz

Est-ce que le Poppers, l’Air Sec, l’Eau Ecarlate sont des drogues ?

  • Oui
  • Non

oui

L'AIR SEC : Le protoxyde d'azote et autres gaz sous pression ont aussi des effets hallucinogène. En quelques secondes ils produisent une excitation, des étourdissements, un rire idiot, des pertes de connaissance et, par manque d'oxygène, des lésions du système nerveux central. En savoir +


LES POPPERS : Les nitrites volatils ont des effets similaires à ceux du protoxyde d'azote. Ils peuvent en plus provoquer des attaques de panique, des palpitations et des maux de tête. Ils sont aussi responsables de morts par anoxie. En savoir +


L'EAU ECARLATE : Les détachants sont des dérivés de l'éthylène. Ce sont des hallucinogènes mais leur effet est plutôt calmant. Ils provoquent des atteintes neurologiques (surdité, tremblements...) et intellectuelles (démence.)

Le tabac est-il une drogue psychotrope ?

  • Oui
  • Non

non

Le fumeur de tabac, et non le toxicomane, peut mener une vie normale et reste en pleine possession de ses moyens. C'est un produit toxique, nocif dont tout le monde connait les effets désastreux sur le plan de la santé. C'est pourquoi il doit faire l'objet d'une véritable prévention dont le seul message sérieux est "consommation zéro".
Il n'est pas pour autant une drogue psychotrope (qui agit sur l'esprit). L'organe International de Contrôle des Stupéfiants n'a pas intégré le tabac à sa liste de drogues psychotropes. Il est important de dire la vérité aux jeunes et de réserver le mot drogue pour les drogues psychotropes. Trop souvent on entend parler des "drogués du travail", des "drogués de l'Internet"... Cet abus de langage contribue largement à banaliser les drogues psychotropes.

Une drogue psychotrope peut-elle mener au mal-être, à la dépression, au suicide ?

  • Oui
  • Non

oui

Toute drogue psychotrope, qu'elle soit légale (anxyolitiques, tranquillisants, benzodiazépines, neuroleptiques) ou illégale (drogues de la rue) mène au mal-être, à la dépression et au suicide. En savoir plus.

Une semaine après avoir consommé du cannabis, reste-t’il des traces de cette consommation dans l’organisme ?

  • Oui
  • Non

oui

La demi-vie d'une substance active est le temps qu'il faut à un organisme sain (qui n'en a jamais consommé) pour éliminer la moitié de la substance. Dans le cas du cannabis, la demi-vie est de 96 heures, soit 4 jours. Cela signifie qu'au bout de 4 jours, l'organisme a éliminé 50% de la dose initiale. 4 jours plus tard, il restera 25% du produit... Au bout de 28 jours, le cannabis sera totalement éliminé chez le sujet qui n'est pas un consommateur régulier. Chez un consommateur régulier, il sera possible de trouver des traces de THC dégradé 40 jours ou plus après la dernière prise.
Selon le Dr Chamayou, il faut 18 mois pour un lavage total de cannabis.

Le cannabis actuel est-il en moyenne 10 fois plus dosé qu’en 1968 ?

  • Oui
  • Non

oui

En 1968, il titrait 0,6 à 6% de THC (TétraHydroCannabinol, principal principe actif).Depuis plusieurs années, à cause des manipulations génétiques, des hybrides et des cultures sous abris, il peut titrer jusqu'à 35% de THC. Actuellement, le cannabis consommé par les adolescents n'a plus rien à voir avec celui que leurs parents ont connu.