Accueil

OPIACE – SEDATIF - PSYCHODEPRESSEUR

L'héroïne peut être inhalée, fumée ou prise sous forme d'injections.

 

Fabrication

- extraction de l'opium (latex du pavot) par incision des capsules après la floraison.
- à l'air libre, l'opium prend l'apparence d'une gomme brunâtre agglomérée « en pain » de 1 kg.
- il est ensuite mélangé à de l'eau puis filtré pour donner de l'opium purifié.
- traitements chimiques pour isoler la morphine base.
- la morphine base avec de l'anhydride acétique donne de l'héroïne base.

 

L'héroine inhalée

Elle est très répandue et d'un prix abordable aujourd'hui.

C'est un piège qui est souvent tendu au consommateur de cannabis.

A la différence du shoot d'héroïne qui fait peur à cause de la piqûre, beaucoup se font piéger lors d'une soirée car ils ne connaissent pas l'existence de l'héroïne inhalée.
C'est malheureusement le plus souvent de cette manière que se passe le premier contact avec l'héroïne.

Le consommateur ignore que très vite il aura besoin de son premier shoot (accoutumance rapide).

 

Shoot : piqure intraveineuse

L'héroïne brune (brown sugar) est peu soluble, les toxicomanes la dissolvent en la faisant chauffer en milieu acide (jus de citron) dans une petite cuillère avant de se l'injecter.

L'héroïne a pour effet de provoquer une forte détente psychique et physique, des "flashs", une "défonce".

La recherche du produit devient très vite l'activité essentielle de l'héroïnomane.

En cas de manque, celui-ci peut ressentir une anxiété intense, des insomnies, des douleurs, des dépressions respiratoires et cardio-vasculaires pouvant entraîner le décès.

A fortes doses, l'héroïne provoque des bouffées délirantes, hallucinatoires.

 

references      TOUS les organes sont touchés, TOUTES les fonctions de l'organisme sont affectées.

      Comme avec toutes les drogues, l'héroïne mène à la dépression et au suicide.

L'accoutumance est extrêmement forte vis à vis du produit, il est donc nécessaire de renouveler fréquemment les prises.

Le sevrage à l'héroïne par abstinence totale est spectaculaire mais ne fait pas courir de risques à l'individu.

Le traitement de substitution (méthadone ou subutex) n'est pas une thérapie suffisante mais plutôt une forme voilée d'abandon devant le problème...

 

Speed-ball

Le speed-ball, héroïne sniffée mélangée à de la cocaïne, est de plus en plus répandu en Europe. Très fréquemment, on rencontre de l'héroïne associée à la cocaïne, au haschich, à l'ecstasy, aux amphétamines ou aux benzodiazépines.

Un héroïnomane est toujours à la recherche de son trip initial qu'il ne retrouvera jamais. C'est une quête absurde de l'extase absolue.

 

bouton-don

Pour votre salle d'attente...

Vous êtes médecin, profession libérale... et vous disposez d'une salle d'attente ?

Commandez les plaquettes et post-its Enfance Sans Drogue