Accueil


Notre action consiste à informer un maximum de personnes des dangers de la drogue et de la généralisation de celle-ci auprès des jeunes.

C'est grâce à une prévention objective et scientifique que ce fléau pourra reculer.

Seules les personnes ayant un intérêt d'amour peuvent la prendre en charge afin que nos enfants ne soient pas la cible de divers marchés (drogue, soin, suivi...). Les parents sont les mieux placés pour apprendre à leurs enfants à refuser la drogue ! 

Celui qui ne prend pas de drogue n'est pas drogué. A la différence d'une maladie, la drogue, ça ne s'attrape pas, ça se refuse.

Nous devons tous armer nos enfants en leur donnant la vérité sur les drogues.

 

arrow  Téléchargez notre plaquette

formation

 

Les Formations

notte action

Formations pour les parents, professeurs, infirmières scolaires, grands parents, adultes en responsabilité éducative et jeunes leaders... Ces formations ont lieu sur 

1 journée et sont destinées à se former sur les produits qui circulent et sur la façon dont on peut prévenir des dangers de la drogue autour de soi.

Pour plus de détails cliquez ici

Inscrivez-vous à la prochaine formation en cliquant ici

 

 relais 

  Les Relais

Devenez l'un des relais d'Enfance sans drogue grâce à une formation courte de 2 heures pour connaitre les drogues psychotropes, leurs effets et leurs conséquences. Que faire si votre enfant est consommateur ? 

Retrouvez tous les détails de ces formations ici

  

 

journal   " Agir, c'est aimer" : Notre journal 

Il a pour objet d'être un lien entre tous. Il rappelle aux parents l'importance d'aborder régulièrement ce sujet en famille et donne des conseils d'éducation sur la drogue.

 

arrow  Téléchargez notre journal

 

 

 Contactez-nous ! 

mail    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

tel    01 48 28 08 69

bouton-don

Recevez notre newsletter !

Quiz

Est-ce que l’alcool est une drogue ?

  • Oui
  • Non

oui

Oui, l’alcool est une drogue sédative.En buvant régulièrement une forte dose d’alcool, au bout de plusieurs années on devient alcoolique. L’alcool a la particularité de potentialiser l’effet de toutes les autres drogues auxquelles il est associé. Si on associe l’alcool à une autre ou à d’autres drogues, on peut très rapidement devenir toxicomane.

Une semaine après avoir consommé du cannabis, reste-t’il des traces de cette consommation dans l’organisme ?

  • Oui
  • Non

oui

La demi-vie d'une substance active est le temps qu'il faut à un organisme sain (qui n'en a jamais consommé) pour éliminer la moitié de la substance. Dans le cas du cannabis, la demi-vie est de 96 heures, soit 4 jours. Cela signifie qu'au bout de 4 jours, l'organisme a éliminé 50% de la dose initiale. 4 jours plus tard, il restera 25% du produit... Au bout de 28 jours, le cannabis sera totalement éliminé chez le sujet qui n'est pas un consommateur régulier. Chez un consommateur régulier, il sera possible de trouver des traces de THC dégradé 40 jours ou plus après la dernière prise.
Selon le Dr Chamayou, il faut 18 mois pour un lavage total de cannabis.

L’alcool pris avec du cannabis a-t-il des effets pervers ?

  • Oui
  • Non

oui

Quand on consomme alcool et cannabis simultanément ces deux produits augmentent mutuellement leurs effets.
Une pratique actuelle consistant à associer alcool et cannabis, ou autre drogue, se généralise.
Beaucoup de jeunes aujourd'hui, par cet usage courant, recherchent 'la défonce'.

Le cannabis actuel est-il en moyenne 10 fois plus dosé qu’en 1968 ?

  • Oui
  • Non

oui

En 1968, il titrait 0,6 à 6% de THC (TétraHydroCannabinol, principal principe actif).Depuis plusieurs années, à cause des manipulations génétiques, des hybrides et des cultures sous abris, il peut titrer jusqu'à 35% de THC. Actuellement, le cannabis consommé par les adolescents n'a plus rien à voir avec celui que leurs parents ont connu.

Une drogue psychotrope peut-elle mener au mal-être, à la dépression, au suicide ?

  • Oui
  • Non

oui

Toute drogue psychotrope, qu'elle soit légale (anxyolitiques, tranquillisants, benzodiazépines, neuroleptiques) ou illégale (drogues de la rue) mène au mal-être, à la dépression et au suicide. En savoir plus.