Accueil

Une nouvelle année commence. Continuons, intensifions notre combat contre le fléau de la drogue. Nos enfants
doivent pouvoir se déplacer, étudier, se distraire, voyager, sans être la proie de ceux qui ne cherchent qu'à les
détruire. Continuons, sans nous lasser, à leur donner des arguments qui leur permettent de refuser la drogue. Aidons les en la refusant pour nous-mêmes. Ne nous laissons pas prescrire des somnifères, des antidépresseurs, des excitants, alors que nos difficultés, réelles, douloureuses d'aujourd'hui seront dans quelques mois dépassées. Donnons leur l'exemple. Rien ne peut être aussi fort pour eux que la valeur d'exemple. N'ayons pas peur de quelques nuits sans sommeil, de décalage horaire, d'affronter la vérité, elle seule ne passera jamais. Elle seule nous donnera, un jour ou l'autre, raison d'avoir su la dire. Pour nos enfants nous en avons la force. Nous savons tous que rien ne peut-être acquis sans un effort quotidien. Gravir à pied un sommet procure un immense plaisir. Traverser le pacifique à la rame, vaincre la peur, la solitude, nos jeunes ne s'y trompent pas, ils l'ont en point de mire. Suivre le chemin de l'effort élève vers l'estime de soi, le respect et l'amour de l'autre. Un beau programme à développer pour chacun d'entre nous.

Marie-Christine d'Welles

Ce qui fait le charme de notre adolescent, ce sont ses changements, ses excès, sa vitalité, son enthousiasme.
S’il prend des drogues, cette joie de vivre disparaîtra et sera remplacée par des comportements qui deviendront
peu à peu tellement insupportables que nous ne reconnaîtront plus notre enfant. Ce n’est pas avec une drogue psychiatrique qu’il retrouvera sa joie de vivre et le plaisir de s’impliquer dans ce qu’il aime. Ces poisons de l’esprit finiront par dégrader sa personnalité, détruire ses aptitudes et réduire à néant sa conscience du bien et du mal. Nous devons l’aider à comprendre que pour conquérir l’estime de soi-même, la première condition est une vie sans drogue.

Marie-Christine d’Welles

Les parents ont le devoir d'aider leurs enfants à trouver un équilibre intérieur et à acquérir une autonomie de décision.
Que nos enfants aient une jeunesse hésitante et confuse c'est la preuve qu'ils ont besoin de nous. Qu'ils s'égarent
parfois sur les difficiles chemins de l'autonomie, c'est la preuve de leur adolescence. Ils doivent pouvoir s'appuyer sur notre confiance en eux et sur notre amour. Pour qu'un jour, chacun devienne, à son tour, pleinement responsable de lui-même, et qu'il vive heureux, dans le respect de tous les hommes.

Marie-Christine d'Welles

Une campagne anti-tabac, accompagnée de recettes miracles, a envahi la France. Vous-mêmes, vos enfants, vos
parents et amis ont pu donner libre court à toutes les approbations ou critiques sur les importantes informations
diffusées. Nous avons tous compris que ces "criminels'" de fumeurs vont enfin être punis. Ouf ! J'ai même entendu dire qu'il arrivait sur le marché une toute nouvelle pilule miracle à prendre à la place de la cigarette pendant les heures de travail. Cette nouveauté, fabriquée par un excellent laboratoire ne peut, c'est dommage, être donnée aux moins de 18 ans car, parait-il, ses effets secondaires sont et nombreux et terrifiants. Mais rassurons-nous, le Rimonabant, une autre pilule extra, réservée aux obèses et qui possède des effets indésirables tels que, anxiété, dépression, nausées, vertiges etc... sera d'ici peu donnée à nos adolescents. Un magazine féminin m'apprend que cette grande avancée pharmaceutique s'oppose à tous les effets du cannabis ! Et si nous en doutions ?

Marie-Christine d'Welles

Tous les parents qui ont des enfants consommateurs de drogue ont pu constater qu'ils sont tristes, qu'ils ont perdu le goût de l'effort, qu'ils n'ont plus de volonté et qu'à cause de leurs fautes, ils perdent l'estime d'eux-mêmes.

Alors, pourquoi mon enfant se drogue, me direz-vous ?

Parce que, même si les lendemains sont difficiles, durant un instant, la drogue lui a donné de satisfaire tous ses désirs. Le prix à payer, pour qu'il retrouve la joie solitaire de s'admirer lui-même, sera lourd de conséquences : la nécessité de reprendre de la drogue.

La remontée sera toujours longue et douloureuse et demandera, justement, effort et volonté. Ecoutons les poignants témoignages de ceux qui se sont laissés prendre au piège et ont connu cette descente vertigineuse qui va du paradis artificiel à l'enfer de la drogue. L'abstinence, seul chemin de reconstruction est indispensable, long et pénible.

En famille, reprenons en écho cette petite phrase, prononcée haut et fort par un élève de cinquième devant ses camarades : " Moi, je crois que c'est plus facile de jamais en prendre que de l'arrêter. "

Marie-Christine d'Welles