Accueil

Abstinence :
Arrêt total du produit sans aucune forme de substitution.


Accoutumance :
Nécessité d'augmenter les doses d'une substance psychotrope pour obtenir les mêmes effets.

Habitué, accoutumé, insensibilisé par le produit, le consommateur devra en prendre des quantités de plus en plus grandes et de plus en plus souvent. Malgré les terribles conséquences, fatigue, mauvaises notes, mensonges, vols, il ne pense plus qu'à la drogue, à en acheter, à en consommer.

Bang :
Pipe à eau rudimentaire (exemple : bouteille en plastique) qui permet de concentrer puis inhaler la fumée d'une substance après qu'elle se soit humidifiée au contact de l'eau ou de l'alcool. Cette humidification permet au THC de passer immédiatement dans le sang par la gorge, la langue, les voies respiratoires.

La défonce, conséquence de cette pratique, est violente, alcool et cannabis entraînant une augmentation mutuelle de leurs effets.

Cette pratique extrêmement dangereuse favorise le cancer précoce de la langue, de la trachée (nous avons reçu des témoignages concernant des jeunes de 18 ans).

Demi-vie :
C'est le temps qu'il faut à un organisme sain (qui n'a jamais consommé) pour éliminer 50% de la substance absorbée.

Dépendance :
Difficultés à se passer du produit.

Douille :
Marqueur en métal ou pipe en terre cuite pour fumer le haschich.

Potentialisateur :
L'addition de certaines drogues entre elles entraîne une augmentation mutuelle de leurs effets. L'alcool est connu pour potentialiser l'effet de toutes les autres drogues.

Psychotrope :
Qui agit sur l'esprit.

Relargage :
Réactivation d'un produit stocké dans les graisses en cas de stress ou de peur : colères, violences physiques et verbales, agressions.

Nombre d'accidents de la circulation s'expliquent par ce phénomène, le consommateur se retrouvant sous l'effet du produit n'est plus en pleine possession de ses moyens.

Sevrage :
Arrêt de la consommation d'une drogue psychotrope.

Les meilleurs résultats sont obtenus dans le monde entier grâce à l'abstinence totale.

Sniffer :
Absorber de la drogue par le nez.

Substitution :
Remplacement d'un produit par un autre. Dans le cadre de la toxicomanie, c'est donner une drogue psychotrope légale, fabriquée par un laboratoire pharmaceutique (antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques, amphétamines) pour remplacer une drogue de la rue.

Triper :
Effets ressentis par le consommateur de drogue psychotrope.

bouton-don

Pour votre salle d'attente...

Vous êtes médecin, profession libérale... et vous disposez d'une salle d'attente ?

Commandez les plaquettes et post-its Enfance Sans Drogue

Quiz

Une drogue psychotrope peut-elle mener au mal-être, à la dépression, au suicide ?

  • Oui
  • Non

oui

Toute drogue psychotrope, qu'elle soit légale (anxyolitiques, tranquillisants, benzodiazépines, neuroleptiques) ou illégale (drogues de la rue) mène au mal-être, à la dépression et au suicide. En savoir plus.

Est-ce que toute personne qui prend de la drogue est toxicomane ?

  • Oui
  • Non

non

On appelle toxicomane une personne qui prend de la drogue pour régler les problèmes créés par la prise de drogue.La personne croit qu’elle peut arrêter de prendre sa drogue quand elle veut alors qu’elle en est incapable malgré les conséquences néfastes créées par sa consommation.. Si son produit vient à manquer, le toxicomane ne pense qu’à s’en procurer quitte à faire des actes qu’il réprouve, la demande est si forte que toute référence à la volonté, à l’effort, à l’amour ou à la morale tend à disparaître puis disparaît. Le mensonge, la violence, l’agressivité, la souffrance morale et physique, l’auto-mutilation, la peur deviennent quotidiens.Perdant l’estime de lui à cause de ses actes néfastes le toxicomane a pour compagnie la solitude et l’envie de suicide.

Un petit joint de temps en temps, est-ce dangereux ?

  • Oui
  • Non

oui

Le joint est du cannabis, herbe, consommé pur, ou schit mélangé à du tabac.
Quand on parle d'alcool, on parle d'un terme générique qui recouvre une grande diversité de produits : le vin, le cidre, la bière, le porto, le cognac, le whisky, la vodka, sont des alcools aux taux variés de 5 à 90 degrés.
Il en va de même pour le cannabis : il existe plus de 100 variétés différentes et les taux de T.H.C.( principes actifs) varient de 4 à 35 %.

Le tabac est-il une drogue psychotrope ?

  • Oui
  • Non

non

Le fumeur de tabac, et non le toxicomane, peut mener une vie normale et reste en pleine possession de ses moyens. C'est un produit toxique, nocif dont tout le monde connait les effets désastreux sur le plan de la santé. C'est pourquoi il doit faire l'objet d'une véritable prévention dont le seul message sérieux est "consommation zéro".
Il n'est pas pour autant une drogue psychotrope (qui agit sur l'esprit). L'organe International de Contrôle des Stupéfiants n'a pas intégré le tabac à sa liste de drogues psychotropes. Il est important de dire la vérité aux jeunes et de réserver le mot drogue pour les drogues psychotropes. Trop souvent on entend parler des "drogués du travail", des "drogués de l'Internet"... Cet abus de langage contribue largement à banaliser les drogues psychotropes.

Confieriez-vous votre voiture à votre enfant sans qu’il ait appris à conduire ?

  • Oui
  • Non

non

Aucun parent ne laisserait sa voiture à son enfant qui n'a pas appris à conduire. De même il serait inconscient de laisser son adolescent sortir sans lui avoir appris ce qu'est la drogue. Actuellement, la disponibilité des produits est telle que l'on peut s'en procurer dans tous les lieux fréquentés par les jeunes (établissements scolaires, soirées -diners de classe, rallyes...-, clubs sportifs...). Les parents doivent se former objectivement et scientifiquement sur les produits pour pouvoir éduquer leurs enfants sur la drogue et leur fournir des arguments pour la refuser. Rappelons que la toxicomie, ça n'arrive pas qu'aux autres!