Accueil

Abstinence :
Arrêt total du produit sans aucune forme de substitution.


Accoutumance :
Nécessité d'augmenter les doses d'une substance psychotrope pour obtenir les mêmes effets.

Habitué, accoutumé, insensibilisé par le produit, le consommateur devra en prendre des quantités de plus en plus grandes et de plus en plus souvent. Malgré les terribles conséquences, fatigue, mauvaises notes, mensonges, vols, il ne pense plus qu'à la drogue, à en acheter, à en consommer.

Bang :
Pipe à eau rudimentaire (exemple : bouteille en plastique) qui permet de concentrer puis inhaler la fumée d'une substance après qu'elle se soit humidifiée au contact de l'eau ou de l'alcool. Cette humidification permet au THC de passer immédiatement dans le sang par la gorge, la langue, les voies respiratoires.

La défonce, conséquence de cette pratique, est violente, alcool et cannabis entraînant une augmentation mutuelle de leurs effets.

Cette pratique extrêmement dangereuse favorise le cancer précoce de la langue, de la trachée (nous avons reçu des témoignages concernant des jeunes de 18 ans).

Demi-vie :
C'est le temps qu'il faut à un organisme sain (qui n'a jamais consommé) pour éliminer 50% de la substance absorbée.

Dépendance :
Difficultés à se passer du produit.

Douille :
Marqueur en métal ou pipe en terre cuite pour fumer le haschich.

Potentialisateur :
L'addition de certaines drogues entre elles entraîne une augmentation mutuelle de leurs effets. L'alcool est connu pour potentialiser l'effet de toutes les autres drogues.

Psychotrope :
Qui agit sur l'esprit.

Relargage :
Réactivation d'un produit stocké dans les graisses en cas de stress ou de peur : colères, violences physiques et verbales, agressions.

Nombre d'accidents de la circulation s'expliquent par ce phénomène, le consommateur se retrouvant sous l'effet du produit n'est plus en pleine possession de ses moyens.

Sevrage :
Arrêt de la consommation d'une drogue psychotrope.

Les meilleurs résultats sont obtenus dans le monde entier grâce à l'abstinence totale.

Sniffer :
Absorber de la drogue par le nez.

Substitution :
Remplacement d'un produit par un autre. Dans le cadre de la toxicomanie, c'est donner une drogue psychotrope légale, fabriquée par un laboratoire pharmaceutique (antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques, amphétamines) pour remplacer une drogue de la rue.

Triper :
Effets ressentis par le consommateur de drogue psychotrope.

bouton-don

Pour votre salle d'attente...

Vous êtes médecin, profession libérale... et vous disposez d'une salle d'attente ?

Commandez les plaquettes et post-its Enfance Sans Drogue

Formez vos enfants

Quiz

Un petit joint de temps en temps, est-ce dangereux ?

  • Oui
  • Non

oui

Le joint est du cannabis, herbe, consommé pur, ou schit mélangé à du tabac.
Quand on parle d'alcool, on parle d'un terme générique qui recouvre une grande diversité de produits : le vin, le cidre, la bière, le porto, le cognac, le whisky, la vodka, sont des alcools aux taux variés de 5 à 90 degrés.
Il en va de même pour le cannabis : il existe plus de 100 variétés différentes et les taux de T.H.C.( principes actifs) varient de 4 à 35 %.

Existe-t-il des pilules pour arrêter la drogue ?

  • Oui
  • Non

non

La drogue n'est pas une maladie. La meilleure façon d'arrêter la drogue est de ne plus en prendre.
Les héroïnomanes qui ont réussi à se sevrer reconnaissent que l'abstinence totale est la seule solution.
Ils disent eux-mêmes qu'il est plus difficile de se sevrer du Subutex (drogue de substitution) que de l'héroïne...

Confieriez-vous votre voiture à votre enfant sans qu’il ait appris à conduire ?

  • Oui
  • Non

non

Aucun parent ne laisserait sa voiture à son enfant qui n'a pas appris à conduire. De même il serait inconscient de laisser son adolescent sortir sans lui avoir appris ce qu'est la drogue. Actuellement, la disponibilité des produits est telle que l'on peut s'en procurer dans tous les lieux fréquentés par les jeunes (établissements scolaires, soirées -diners de classe, rallyes...-, clubs sportifs...). Les parents doivent se former objectivement et scientifiquement sur les produits pour pouvoir éduquer leurs enfants sur la drogue et leur fournir des arguments pour la refuser. Rappelons que la toxicomie, ça n'arrive pas qu'aux autres!

Le cannabis actuel est-il en moyenne 10 fois plus dosé qu’en 1968 ?

  • Oui
  • Non

oui

En 1968, il titrait 0,6 à 6% de THC (TétraHydroCannabinol, principal principe actif).Depuis plusieurs années, à cause des manipulations génétiques, des hybrides et des cultures sous abris, il peut titrer jusqu'à 35% de THC. Actuellement, le cannabis consommé par les adolescents n'a plus rien à voir avec celui que leurs parents ont connu.

L’alcool pris avec du cannabis a-t-il des effets pervers ?

  • Oui
  • Non

oui

Quand on consomme alcool et cannabis simultanément ces deux produits augmentent mutuellement leurs effets.
Une pratique actuelle consistant à associer alcool et cannabis, ou autre drogue, se généralise.
Beaucoup de jeunes aujourd'hui, par cet usage courant, recherchent 'la défonce'.